Sommaire

Plus évoluée que la perceuse sur colonne, la perceuse sensitive y ajoute la capacité à élever et à descendre le bras qui contient le moteur et le mandrin. Machine d'atelier pour industriels ou bricoleurs chevronnés, la perceuse sensitive permet des perçages de précision et/ou des perçages répétitifs, mais toujours avec des réglages fins des différents paramètres et un contrôle permanent de l'opérateur.

Le point sur la perceuse sensitive, ses caractéristiques et ses critères de choix, ainsi que ses conditions et modalités d'achat.

Caractéristiques de la perceuse sensitive

Généralités sur la perceuse sensitive

On qualifie de perceuse sensitive la perceuse sur colonne à réglages multiples, dont notamment la capacité de descente du bras, et la capacité aussi bien d'aléser que de percer les différents matériaux : bois, verre, acier et matériaux composites.

Caractéristiques propres à la perceuse sensitive

Pour cela, la perceuse sensitive dispose de particularités qui la distinguent de la perceuse sur colonne :

  • Motorisation : toujours électrique, soit sur secteur monophasé (220 V – 230 V) domestique, soit sur courant triphasé (380 V) disponible en atelier. Le moteur électrique de la perceuse sensitive tourne toujours à la même vitesse de fonctionnement. La puissance du moteur varie selon les machines de 350 W jusqu'à plus de 40 CV (± 30 kW).
  • Vitesse de rotation : sur la perceuse sensitive (par rapport à la perceuse portative), le moteur tourne à régime constant, afin de conserver son couple maximal. Les différentes vitesses de rotation du mandrin (ou de la broche) sont réglables par l'intermédiaire d'un variateur à courroie. Selon les machines, les vitesses de rotation vont de moins de 200 tours par minute (tr/mn) jusqu'à plus de 8 000 tr/mn, afin de travailler selon le diamètre du foret et la dureté du matériau.
  • Porte-outils : si certaines perceuses sensitives utilisent des mandrins de grande capacité (16 mm) pour y fixer les outils, de nombreuses perceuses sensitives peuvent aussi être équipées d'un cône morse qui se bloque par friction, comme sur un tour.
  • Capacité : elle est toujours exprimée par rapport à l'acier. C'est la capacité qu'a la perceuse sensitive de traverser une plaque d'acier selon le diamètre maximal du foret exprimé en millimètres (mm) ; généralement de 22 mm à 28 mm.
  • Course de la broche : elle correspond à la différence en hauteur entre la broche en position haute (au repos) et en position basse (perçage effectué). C'est l'épaisseur maximale pouvant être traversée en descendant le foret de 80 mm à 350 mm. À la course de la broche s'ajoute la course du bras pour installer des pièces épaisses.
  • Table de perçage : ses dimensions déterminent la surface utile sur laquelle repose la pièce à usiner. Outre les dimensions de la table, la distance entre la colonne et l'axe de la broche ou du mandrin (col de cygne) est également importante pour y placer des pièces de grandes dimensions.
  • Lubrification : pour pouvoir percer et usiner des métaux ferreux sans les endommager, certains ont besoin d'une lubrification permanente au point de coupe. Certaines perceuses sensitives sont alors équipées d'un circuit de lubrification permettant le graissage en continu des pièces durant le perçage.

Critères de choix d'une perceuse sensitive

C'est tout d'abord en fonction des perçage à réaliser et des matériaux à percer que l'on choisit une perceuse sensitive :

  • Puissance : grâce à l'entraînement par courroie de la broche qui conserve un couple maximal au moteur électrique, la puissance moteur de la perceuse sensitive est beaucoup mieux valorisée que sur une perceuse portative. Une perceuse sensitive de 750 W (sur 220 V) est déjà extrêmement performante. Au delà de cette puissance, pour la majorité des machines, l'alimentation doit se faire en courant triphasé (380 V).
  • Nombre de vitesses : de 6 à 16 vitesses selon les machines, mais l'important est d'avoir la perceuse sensitive adaptée au matériau et au diamètre du foret.
  • Dimensions de la table, table réglable et écart entre l'axe de la broche et la colonne (col de cygne) doivent permettre d'accueillir les pièces à percer selon leur encombrement. L'amplitude de descente du bras est un point essentiel à vérifier avant l'achat afin de confirmer que la perceuse sensitive pourra accueillir les pièces à usiner.
  • Mandrin, broche et accessoires : le mandrin et la broche doivent être interchangeables, avec éventuellement la possibilité d'accueillir un cône morse de la taille souhaitée, afin d'accroître la polyvalence de la perceuse sensitive. La disponibilité des accessoires comme le système de lubrification, l'aspiration des copeaux, la loupe, l'éclairage et l'étau de table, voire la table à coordonnées, sont à envisager avant tout achat afin de pouvoir faire évoluer la perceuse sensitive.

Achat et prix d'une perceuse sensitive

En neuf, la véritable perceuse sensitive d'atelier n'est pas plus onéreuse qu'une mini perceuse colonne, puisqu'on trouve des machines neuves à moins de 300 € (550 W, 16 vitesses de 180 à 2 700 tr/mn, capacité de perçage 22 mm), mais les prix atteignent plus de 8 000 € pour des machines de plus de 30 CV de puissance pour usage industriel.

L'achat d'occasion est souvent une bonne affaire lorsqu'un professionnel ou une collectivité veut rénover son parc de machines-outils ou passer de la perceuse sensitive à la perceuse radiale. Il est alors intéressant de guetter les ventes aux enchères ou de se rapprocher d'un vendeur de matériel neuf qui pourra négocier auprès d'un de ses clients une reprise de son ancienne machine.

Si l'examen de la machine et des courroies est primordial, l'état des outils et accessoires indique le niveau de soin que l'ancien propriétaire a apporté à sa perceuse sensitive.

Apprenez, grâce à nos conseils et à nos fiches pratiques, à :