Choisir le bon établi : critères à prendre en compte

Sommaire

Pas d'atelier sans établi ! Pour réparer des pièces ou les fabriquer, pour découper des panneaux et des étagères, l'établi est votre allié.

Il est indispensable pour les travaux de menuiserie, la plomberie et le travail du métal. Une table solide, avec un plateau épais peut suffire, mais l'idéal est d'acquérir (ou de fabriquer vous-même) un vrai établi.

Il en existe différentes sortes. Voici comment choisir le bon établi !

Établis pliants pour les petits ateliers

Très pratiques dans un petit atelier (ou dans un simple « placard-atelier ») ils peuvent être déplacés, par exemple pour les utiliser directement dans la pièce à rénover.

Vous trouverez de nombreux modèles correspondant aux besoins d'un bricoleur moyen, entre 80 et 150 €. Pour faire votre choix, soyez attentifs à certains critères :

  • L'étau : un bon établi est muni d'un étau :
    • avec ouverture des « mâchoires » (partie qui s'écarte et se resserre sur l'objet à travailler) de 400 à 550 mm ;
    • dont le serrage se fait à la manivelle.
  • La surface de travail : elle dépend de la stabilité des pièces travaillées. Comptez au moins 38 x 85 cm (mâchoires fermées) pour un modèle de qualité.
  • La charge maximale : l'établi doit pouvoir supporter entre 100 et 250 kg. Un plateau épais de 19 à 25 mm est recommandé.

Établis multifonctions pour les bricoleurs amateurs

Les pros les rejettent, mais ils sont pourtant pratiques pour les petits ateliers polyvalents de bricoleurs amateurs, qui veulent tout de même travailler le bois sérieusement et réaliser des pièces ou meubles de qualité :

  • Ils sont généralement mobiles et pliants, mais on peut également trouver des modèles fixes :
    • leur prix est en rapport avec le nombre de fonctions dont ils disposent : cela peut aller de 100 à 700 € ;
    • comptez en moyenne 350 € pour un établi multifonctions sérieux et durable.
  • La fonction d'un établi est assurée par un plateau solide, une table de traçage et une presse à bois intégrée, manœuvrée par une manivelle. Préférez les modèles qui offrent aussi, sous le plateau, un espace de rangement des outils, qui s’avère très utile.
  • La fonction table de sciage doit permettre de fixer tout type de scie sauteuse et circulaire, ou même une défonceuse. Vérifiez que tous les accessoires d'une table de sciage sont bien présents :
    • butée d'onglet coulissant dans une rainure ;
    • guide parallèle réglable ;
    • guide d'onglet.

Établis fixes pour les bricoleurs confirmés

En théorie, on travaille le métal sur du métal et le bois sur du bois : il existe donc deux sortes d'établis.

  • Ceux en métal, dits « de mécanicien » : ils permettent toutefois de travailler aussi toutes sortes de matériaux, dont le bois !
  • Ceux en bois, dits « de menuisier » : ce sont les modèles traditionnels, ils servent essentiellement au travail du bois : il est déconseillé d'y faire de la mécanique, le bois n'aimant pas la graisse.

Établis fixes en métal

Dans cette catégorie, vous trouverez une infinité de modèles, dans une très large fourchette de prix. Vérifiez surtout 3 critères :

  • La robustesse : le piétement doit pouvoir supporter des charges lourdes, au moins 150 à 200 kg.
  • La capacité de rangement : préférez un établi muni d'un ou deux plateaux inférieurs, de tiroirs et de compartiments à porte pour les outils et le matériel.
  • Des pieds réglables en hauteur : c'est pratique, surtout pour les bricoleurs de grande taille !

Établis fixes en bois

Plusieurs critères importants sont à prendre en compte :

  • Le plateau :
    • il peut être massif, constitué de pièces collées et renforcées de traverses rainurées (c'est le modèle le plus robuste) ;
    • ou seulement ceinturé (entouré d'une ceinture, parfois plus haute que l'épaisseur du plateau, qui renforce sa rigidité).
  • Le matériau : le hêtre ou le charme sont les meilleures essences pour un établi de qualité :
    • on peut cependant trouver des plateaux en multiplis avec ceinture en bois massif, moins chers et d'usage satisfaisant ;
    • quant au pin, nettement moins cher, il est aussi moins durable.
  • L'épaisseur : pour du bois massif, il faut au moins 70 mm pour prétendre à une qualité pro, même si on trouve des plateaux multiplis de 25 mm seulement.
  • Les dimensions : la plus courante est de 2 m de longueur sur 50 cm de largeur :
    • il existe des modèles plus courts, de 1,50 m de longueur ;
    • ou plus larges (60 à 70 cm de largeur).
  • Le piétement : une section de 60 x 80 mm pour les pieds est parfaite pour un modèle massif de 200/50 cm :
    • un plateau inférieur (caisson) renforce la stabilité ;
    • à défaut, des traverses sont indispensables.
  • La hauteur : un point très important, car un établi trop bas ou trop haut procure plus de fatigue et des douleurs musculaires. Idéalement, la hauteur doit être celle du bricoleur, divisée par deux, plus 5 cm (soit 0,94 m si vous mesurez 1,78 m).
  • Le valet : c'est un accessoire en acier, en forme de L, dont le bras passe dans un trou du plateau :
    • on le serre d'un coup de marteau sur le sommet et on le desserre d'un coup à l'arrière de la tête ;
    • il existe aussi des valets à poignée de serrage : cela permet d'être plus précis.
  • Les presses : l'établi doit disposer au minimum d'une presse verticale (dispositif de serrage traditionnel, à vis, monté sur un pied et dont le haut affleure le plateau) :
    • il peut aussi être muni d'une presse horizontale (placée à l'avant, près d'un angle ou sur un côté, elle permet un serrage rapide et puissant) ;
    • et d'une presse parisienne (elle s'utilise avec des butées de serrage et permet de serrer de grosses pièces).

Les établis fixes en bois sont généralement de beaux meubles, équipés de plateaux épais, voire massifs :

  • les prix sont donc plus élevés que les établis en métal : comptez 400 à 700 € pour des modèles traditionnels de qualité ;
  • pour un investissement moins coûteux, optez pour un modèle d'occasion, mais pensez à vérifier l'état :
    • du plateau : il doit être bien droit ;
    • du piétement : vérifiez les assemblages ;
    • des accessoires : ils sont facilement remplaçables.

Posséder le bon matériel est la première étape d'un travail de qualité :

Ces pros peuvent vous aider